Al Ahly a surpris l’Espérance Sportive de Tunis 2:1 ce samedi 17 novembre en Tunisie, et s’imposent 3 buts à 2 sur l’ensemble des deux matches. Les Égyptiens s’adjugent ainsi la Ligue des champions de la CAF pour la septième fois de leur histoire.

Foot-Champions League AfriqueÀ la surprise générale côté Al Ahly, l’entraîneur Hossam El Badry décidait de ne pas inclure l’expérimenté Mohamed Aboutrika dans son onze de départ, lui préférant El-Sayed Hamdi, auteur du seul but égyptien à l’aller. Les Sang et Or avaient eux aussi caché une carte dans leur manche avant ce match retour en alignant d’entrée le meneur de jeu Youssef Msakni, qui avait manqué la première manche après une opération.

L’Espérance débute le match de façon assez repliée et laisse l’initiative aux visiteurs, qui doivent marquer au moins une fois pour espérer remporter le trophée. À deux reprises, Abdallah Al Saied frappe au-dessus de la transversale alors qu’il avait le but grand ouvert. Les locaux procèdent par contres et leur meilleure occasion en première période est à porter au crédit de l’attaquant camerounais Joseph Yannick Ndjeng , dont la frappe n’est pas assez puissante pour inquiéter le gardien adverse.

Juste avant la pause, les 35 000 fans présents dans le Stade de Radès sont réduits au silence. Hamdi déborde et sert en retrait Mohamed “Gedo Nagy, dont la reprise instantanée du droit ne laisse aucune chance au gardien Moez Ben Cherifia, qui avait pourtant bien plongé sur son côté gauche.

Après avoir encaissé le premier but juste avant la pause, les joueurs de l’Espérance sont au pied du mur. Au retour des vestiaires, ils réussissent à se montrer dangereux, en particulier par Ndjeng. Mais à la 54ème minute, il gâche une nouvelle opportunité. Les Tunisiens en sont punis sept minutes plus tard, lorsque Walid Soliman fait le break pour les Diables rouges sur un ballon mal négocié par la défense tunisienne.

Après avoir touché du bois, Ndjeng trouve enfin le chemin des filets à cinq minutes du terme. L’Espérancedoit encore marqué deux fois pour conserver son trophée. Au lieu de cela, le gardien Cherifia déséquilibre l’attaquant mauritanien Dominique Da Silva dans la surface. Aboutrika, entré en cours de jeu, rate le penalty qui s’ensuit, Cherifia ayant plongé du bon côté.

 

La défaite est amère pour l’entraîneur tunisien, Nabil Maâloul, qui a regretté l’absence de plusieurs cadres.

« Se créer seulement trois occasions nettes dans une finale que nous jouions sur notre pelouse est un fait inadmissible. (…) Il y eut quatre ou cinq joueurs de base, des piliers de l’équipe qui étaient en méforme totale ce soir. En plus de l’absence d’un métronome, blessé deux jours avant la finale (Mejdi Traoui). Sans parler de Youssef Msakni, diminué car de retour d’une opération », a-t-il déclaré.

 

Déjà détenteur du record du nombre de titres continentaux, Al Ahly conforte avec ce nouveau trophée sa place de club le plus sacré d’Afrique. Les joueurs d’Al Ahly ont été récompensés par la direction du club. Une prime de 120 000 livres égyptiennes (soit 12 500 euros) a été offerte aux héros du Caire. De quoi célébrer le titre pendant un petit moment.

 

 

 

 

 

 

Share Button