L’athlète Rwandais Disi Dieudonné a remporte la 92e édition de la course Sedan-Charleville qui s’est courue le 07 octobre 2012 dans les Ardennes en France.

Disi Dieudonné remporte la course Sedan-Charleville après des mois de galères

Disi Dieudonné (dossard 13) dans les cinq derniers km du parcours

Effectivement, les courses sur route en France réussissent bien à Disi Dieudonné depuis 2009. A son actif : un 20 km de Paris, un Marseille-Cassis et deux semi-marathons de Reims (2009 et 2010).

A 32 ans, Disi Dieudonné  s’était également forgé un beau palmarès auparavant au niveau international. Il a notamment participé aux Jeux Olympiques à Athènes en 2004 (17e du 10 000 m en 28’43”19), aux championnats du monde en 2007 à Osaka (16e du 5 000 m en 13’47”30) et une médaille d’or aux Jeux de la Francophonie en 2009 à Beyrouth.

Entre Sedan et Charleville, il était le favori logique sur le papier malgré sa modeste 15e place sur Paris-Versailles une semaine plus tôt.

Avec un départ moyen en compagnie d’une douzaine de coureurs, Disi s’est mué en  potentiel vainqueur au fil des kilomètres.

« J’ai mis tout mon cœur. J’ai senti que j’étais bien quand tous les autres commençaient à craquer, avoue-t-il. A partir du quinzième kilomètre (45’50), j’ai envisagé le podium et je suis allé chercher la victoire dans le dernier kilomètre. » C’est effectivement l’Ougandais Patrick Cherotwo qui pénétrait en tête sur la piste du stade, mais Disi faisait parler sa pointe de vitesse dans les derniers hectomètres pour le coiffer d’une petite seconde en 1 h 14’09.
« C’est tout de même une surprise. Depuis mon succès à Marseille-Cassis en 2009, j’ai souvent été blessé, reconnaît-il. Je suis rentré au pays pour bosser à la Fédération Rwandaise d’athlétisme. A ce moment-là, je pensais même que ma carrière était finie. Mais mon entraîneur ne m’a jamais laissé tomber et m’appelait tous les jours. Je n’ai repris les entraînements sérieux que cette année. Aujourd’hui, j’ai prouvé à tout le monde que j’étais encore un athlète de haut niveau. »

Chez les femmes, c’est la Kenyane Cynthia Jeroctich, lauréate de l’édition 2011, a mené de bout en bout, coupant la ligne d’arrivée avec près de trois minutes d’avance sur sa dauphine, sa compatriote Demsew Dehininet (1 h 24’58). Avec un chrono de 1 h 22’08, Jeroctich établissait un nouveau record de l’épreuve.

 

 

 

Share Button