Partenaires de double, Sara Errani et Roberta Vinci s’affronteront en quarts de finale de l’US Open mercredi. La gagnante sera la première Italienne à atteindre le dernier carré à Flushing Meadows.

Drôle de match entreJamais deux représentantes de la «Botte» n’avaient atteint simultanément les quarts de finale à New York. Sara Errani a ouvert la voie lundi en dominant Angelique Kerber (7/6 6/3 en 1h55), qu’elle avait déjà battue cette année à Roland-Garros. «C’était un combat incroyable. C’était très difficile mentalement et physiquement», lâchait la Bolognaise, qui a battu au passage la demi-finaliste de la précédente édition, tête de série n°6 cette année.

Déjà quart de finaliste à l’Open d’Australie et finaliste à Roland-Garros, Errani, figure donc à nouveau dans le grand huit d’un tournoi du Grand Chelem, justifiant sa place dans le Top 10.
Si sa qualification est une demi-surprise, celle de sa compatriote Roberta Vinci en est une grande. Opposée à Agnieszka Radwanska, n°2 mondiale, la Tarentaise, qui n’avait jamais atteint un quart de finale en Majeur, s’est imposée avec autorité (6/1 6/4).

«Roberta a vraiment un jeu non conventionnel, ce n’est pas facile de la jouer. Elle varie beaucoup. Elle slice énormément et soudain elle frappe fort en coup droit. Elle met du kick sur son service, elle fait des amorties, des volées, elle monte au filet. Elle a eu réponse à tout», déplorait la Polonaise. A 29 ans, Vinci, inspirée par ses compatriotes, joue le meilleur tennis de sa carrière. «(Francesca) Schiavone a gagné Roland-Garros (en 2010), Sara (Errani) est allée en finale cette année et (Flavia) Pennetta a fait partie du Top 10, j’essaie juste de faire pareil qu’elles.»

 

Avant de s’affronter dans le tableau de simple, Errani et Vinci joueront ensemble en double un quart de finale ce mardi face à Julia Goerges et Kveta Peschke ! Déjà lauréates de Roland-Garros, elles sont d’ores et déjà assurées de devenir n°1 mondiales de la spécialité après l’US Open en lieu et place des Américaines Liezel Huber et Lisa Raymond. «Nous sommes très amies en dehors du court et ça nous aide sur le court car il y en a toujours une pour aider l’autre», estime Errani, qui devra cependant mettre de côté ses sentiments mercredi…

 

 

 


 

Share Button