L’Américaine Serena Williams, N.4 mondiale, a remporté l’US Open en renversant une situation compromise dimanche en finale face à la Bélarusse Victoria Azarenka (N.1) au terme d’un match de haute volée.

Après un somptueux combat

Quand elle joue comme elle l’avait fait pour atteindre la finale de cet US Open, Serena Williams est tout simplement intouchable. Avant d’affronter Victoria Azarenka, l’Américaine avait passé seulement 6h47 sur le court en six matches, concédant seulement trois jeux de moyenne à ses rivales ! Face à la n°1 mondiale, meilleure joueuse de la saison sur dur avec notamment un titre à l’Open d’Australie, la sœur cadette de Venus n’a pas respecté ses standards, loin de là, puisqu’elle a eu besoin de 2h18 et de trois sets pour s’imposer (6/2 2/6 7/5).

Le début de match n’annonçait pourtant pas un tel suspense. Williams mettait un maximum de pression en retour, le service n’étant pas le point fort d’Azarenka. Auteur du break d’entrée, elle se détachait au score (3/0). La Biélorusse ne déméritait pourtant pas, tentant de prendre la balle tôt, voire de monter au filet.

Malheureusement pour elle, Serena claquait des coups gagnants dans toutes les positions (16 dans la seule première manche). A 5/2, cette dernière plaçait quelques accélérations fulgurantes en retour et empochait le premier set sur un jeu blanc en à peine plus d’une demi-heure (6/2). La machine semblait en marche…

Pourtant, celle-ci se grippait soudainement. Au service pour entamer le deuxième acte, Williams se faisait surprendre. Bousculée, chose qu’elle n’apprécie pas, l’Américaine multipliait les fautes directes (15), notamment en coup droit. Chose encore plus rare, elle commettait des double-fautes dans des moments importants. C’est donc très logiquement qu’elle cédait son premier set de la quinzaine (2/6). Pour la première fois depuis 1995 et la victoire de Steffi Graf sur Monica Seles (7/6 0/6 6/3), la finale dames allait donc se décider au troisième set.

Forte de la confiance accumulée tout au long de l’année 2012 (12 victoires en autant de matches en trois manches), Azarenka jouait alors de mieux en mieux, tandis que Williams avait du mal à sortir de sa torpeur. Breakée la première (1/2), elle retrouvait ses esprits après un superbe coup de défense. Deux coups droits surpuissants plus tard, elle avait comblé son retard (2/2). Le sort de la finale demeurait incertain. Cependant, la Biélorusse semblait avoir encore l’ascendant psychologique et, sur un jeu de service catastrophique de Serena, elle reprenait les devants. A 3/5, Williams se retrouvait à deux points de la défaite (30-30), mais ne craquait pas, obligeant Azarenka à servir pour le titre. Là, elle profitait de la fébrilité légitime de la Biélorusse pour recoller au score (5/5) avant d’empocher le titre quelques minutes plus tard sur une faute adverse (7/5). «Je n’arrive pas à croire que j’ai gagné. J’avais préparé un speech de finaliste tellement elle jouait bien !», avouait Williams, qui a bien failli passer à côté de son 15e titre du Grand Chelem.

Après un somptueux combat

Les Italiennes Roberta Vinci et Sara Errani (N.2) ont remporté dimanche le tournoi de double de l’US Open en battant en finale les Tchèques Andrea Hlavackova et Lucie Hradecka (N.3), 6-4, 6-2.

La paire italienne s’adjuge un deuxième titre du Grand Chelem, après Roland-Garros. Elles étaient déjà finalistes à l’Open d’Australie.

Errani, demi-finaliste cette année à Flushing Meadows en simple, va devenir N.1 mondiale de double à l’issue du tournoi alors que Vinci, quart de finaliste à New York en simple face à Errani, va passer à la 2e place du classement.

 

 

 

 

 

Share Button