Toujours écarté des courts en raison d’une inflammation persistante au genou, Rafael Nadal s’est confié au magazine Vanity Fair. Le “taureau de Manacor” n’a éludé aucun sujet: son avenir tennistique à long et court terme, ses problèmes de santé, ses relations avec Federer et Djokovic, mais aussi sa vie privée et son rapport à l’argent.

Tennis- ATP Tour

 

Ses problèmes de genou. (Pour rappel, l’Espagnol souffre de la maladie de Hoffa, à savoir une inflammation d’une accumulation de graisse. Elle se soigne avec du repos et des anti-inflammatoires. Si cette pathologie devient chronique, il faudrait recourir à une ablation chirurgicale d’une partie de graisse à l’origine du problème, ce qu’il veut éviter à tout prix).

“Je ne sais pas combien de temps je continuerai à jouer au tennis. Peut-être encore cinq ans, j’aurai alors 31 ans. En tenant en compte du fait que j’ai commencé à 16… Qui sait? (…) D’ailleurs, peut-être que le fait de me reposer là, maintenant, va me permettre de faire durer ma carrière un peu plus? Jusqu’à ce que je ressente à nouveau des douleurs aux genoux, à la fin de Roland Garros, j’avais la sensation de réaliser l’une des meilleures saisons de ma carrière. Je me sentais capable de gagner n’importe quel tournoi. Mais c’est alors que les problèmes ont débuté…”

Ses rapports avec Federer et Djokovic. “Ils se sont enquis de ma santé, ils m’ont demandé comment ça allait, si j’allais pouvoir être présent à l’US Open. Nos relations sont très cordiales.(…) Ils sont d’excellents compagnons, mais le concept d’amitié, c’est encore autre chose. Mes amis, ce sont ceux que je garde tout au long de ma vie et que je connais depuis longtemps, certains du collège, d’autres de bien avant. (citation welovetennis.fr)

Sa relation avec Xisca, sa petite amie. “Il est évident que, sur ce plan, la discrétion est le meilleur parti pour moi comme pour elle. Sinon, tout se transforme en un show permanent, complètement superflu et désagréable”.

Son rapport à l’argent. “Je suis loin de savoir combien j’ai d’argent. Ce n’est pas quelque chose dont je me suis directement préoccupé. C’est mon père qui s’en charge! D’ailleurs, je n’ai jamais vraiment été flambeur. Juste une fois, après avoir gagné la finale à Wimbledon, je me suis offert une belle voiture”.

Sa famille. “Venir d’un village, comme moi, ça permet d’entretenir des relations familiales très étroites et fidèles. Je vis avec mes parents et ma soeur, quand je suis là-bas, je vais voir mes oncles quotidiennement… J’ai été heureux avec cette manière d’envisager la famille”.

 

 

 

Share Button