Arsenal a affirmé son ambition de conserver sa place parmi les grands du Championnat d’Angleterre en décrochant un match nul probant 1 à 1 sur le terrain du tenant du titre Manchester City.Longtemps malmené dans le jeu à Liverpool, Manchester United a bénéficié de l’infériorité numérique de son adversaire pour prendre le dessus en fin de match (2-1).

Foot-Premier League Arsenal arrache

Invaincus après quatre matches contre des équipes moins huppées, les joueurs d’Arsène Wenger avaient envie de prouver leur valeur contre un cador. C’est chose faite après 90 minutes très rythmées qu’ils auraient pu conclure par une victoire avec un peu plus d’adresse devant le but.

Très vifs, les Londoniens ont pris le meilleur départ, mais un contrôle manqué par Gervinho en position idéale (16), puis un tir trop enlevé de Podolski (24) les ont empêchés de prendre l’avantage.
C’est au contraire Lescott qui a trouvé le premier l’ouverture en battant les défenseurs d’Arsenal de la tête sur un corner (40).
La deuxième période a été équilibrée, d’abord sans grosse occasion ni d’un côté ni de l’autre. Mais les deux équipes allaient se rattraper dans les dix dernières minutes.

Après un bon tir de Cazorla brillamment repoussé par le gardien Hart (81), Arsenal est revenu à la marque grâce à une puissante reprise de Koscielny, bien placé sur un corner mal dégagé par Lescott de la tête (82).

Quelques instants plus tard, Kompany a failli marquer le but de l’année d’un retourné bien bloqué par Mannone, le deuxième gardien des Gunners titularisé en l’absence de Szczesny (84). L’ultime chance allait être pour Gervinho, le joueur le plus actif du côté d’Arsenal, dont le tir est passé largement au-dessus (90).

Dans l’autre choc, Manchester United est venu à bout d’un Liverpool malchanceux, 2 à 1, lors de la 5e journée du Championnat d’Angleterre, dimanche à Anfield Road, où les “Reds” ont joué pendant plus de la moitié du match à dix contre onze après l’exclusion de Shelvey. MU a fait la différence en fin de rencontre sur un penalty de Van Persie.

En mission pour rendre hommage aux 96 victimes d’Hillsborough, Liverpool a été particulièrement généreux. Bien que 18e au classement, bien que réduits à dix peu avant la mi-temps après le tacle trop engagé de Shelvey (39e), les Reds ont dominé la rencontre et méritaient sans doute mieux qu’une troisième défaite depuis le début de la saison. A l’image de Steven Gerrard, buteur dès l’entame de la seconde période (46e), les hommes de Brendan Rodgers ont souvent inquiété Lindegaard, vigilant face à Suarez (42e, 61e) ou Suso (65e). Mais pénalisés par l’infériorité numérique, les Reds ont fini par craquer. C’est d’abord Rafael, à l’origine et à la conclusion de l’action, qui est parvenu à égaliser (51e) et à doucher l’ambiance qui commençait à grimper dans les travées d’Anfield. Sans grand génie, United a ensuite bénéficié d’un penalty généreux (76e), accordé par l’arbitre après un accrochage peu évident entre Valencia et Glen Johnson. Malgré les 5 minutes d’attente entre la faute et la transformation, en raison de la blessure d’Agger sur l’action, Robin Van Persie n’a pas tremblé (81e).

Avec ce succès, Manchester United revient à un point de Chelsea, vainqueur de justesse samedi contre Stoke, et laisse Liverpool dans les bas-fonds du classement. Avec deux points en cinq journées, Liverpool réalise le plus mauvais départ de son histoire en Championnat.

 

 

Share Button