Sorti indemne du terrible Cuitunigru, Joaquim Rodriguez a une nouvelle fois résisté à Alberto Contador avant de dominer l’emballage final. Le Catalan prend six secondes d’avance supplémentaires sur son rival au terme d’une étape extrême, remportée par l’Italien Dario Cataldo.

Rwanda | Cyclisme-Vuelta

Cette étape était annoncée comme la plus dure de cette Vuelta 2012. Le Cuitinigru avec ses passages à 25% devait permettre de savoir qui serait vainqueur du Tour d’Espagne. Les dégâts ont effectivement été énormes. Dario Cataldo a profité d’une longue échappée pour remporter sa plus belle victoire, devant son compagnon de vadrouille, Thomas De Gendt. Derrière l’explication a eu lieu entre les favoris. Alberto Contador a attaqué à plusieurs reprises, mais Joaquin Rodriguez a parfaitement répondu dans les derniers kilomètres, se payant même le luxe d’aller récupérer les quatre secondes de bonification pour le troisième de l’étape et de distancer de deux secondes Contador. Derrière, seuls Valverde et Quintana ont existé, les autres ont sombré, Christopher Froome le premier.

 

Après une bagarre intense de plus de 50 kilomètres, deux hommes ont réussi à prendre le large. Thomas De Gendt, le troisième du dernier Tour d’Italie, et Dario Cataldo, réputé très bon grimpeur également. Ces deux hommes ont compté jusqu’à 15 minutes d’avance sur le peloton à 80 kilomètres de l’arrivée. La victoire d’étape devenait donc envisageable pour les deux hommes. Malgré l’accélération du peloton dans l’Alto de la Cobertoria puis d’Euskaltel dans la plaine avant le Cuitinigru, les deux hommes ont résisté pour attaquer l’ascension avec plus de sept minutes d’avance. La bagarre mettant du temps à se déclencher, ils ont pu se jouer la victoire d’étape. C’est Dario Cataldo qui a été le plus fort dans les forts pourcentages du Cuitinigru lâchant Thomas De Gendt dans les deux derniers kilomètres.
Après le très gros travail de l’équipe Saxo Bank dans la première partie de l’ascension du Cuitunigru, Alberto Contador a posé une première banderille avec son coéquipier Jesus Hernandez. Ils n‘étaient alors que trois à suivre les deux coureurs de la Saxo, Rodriguez, Valverde et la pépite colombienne, Nairo Quitana. Puis c’est le patron lui-même qui a pris les choses en main. Une fois de plus, c’est un mano à mano qui s’est dessiné sur les pentes du Cuitunigru. Et une fois de plus c’est Joaquin Rodriguez qui en est sorti vainqueur. Il reste encore deux arrivées en altitude pour désigner le vainqueur de cette Vuelta. Mais que Rodriguez est fort.

 

 

 

Share Button