Lors d’une conférence de presse ce vendredi, Rafael Nadal est revenu sur les raisons qui l’ont poussé à renoncer à l’US Open. Selon les médias espagnols, le Majorquin souffrirait de la maladie de Hoffa, une inflammation bénigne qui pourrait toutefois le contraindre à une opération.

Tennis

«A l’heure actuelle, je ne suis pas préoccupé par le fait de passer quatrième ou de rester troisième au classement ATP. Tout ce qui m’importe, c’est d’être de nouveau bien physiquement. Je reviendrai donc quand mon genou ira mieux.» Lors d’une conférence de presse organisée ce vendredi, Rafael Nadal a tenu à expliquer le pourquoi de son forfait à l’US Open. Et même de manière plus générale le pourquoi de son absence du circuit depuis sa surprenante défaite au 2e tour de Wimbledon contre Lukas Rosol. En fait, à en croire les médias espagnols, il semblerait que le Majorquin souffre de la maladie de Hoffa. Très rare, celle-ci est considérée comme bénigne. Pour un être humain à la vie normale pourrait-on ajouter, pas pour un joueur de tennis dénommé Nadal qui pousse ses articulations dans leurs retranchements.

Ainsi, la maladie de Hoffa consiste en une inflammation du «paquet adipeux de Hoffa», qui se trouve être une boule graisseuse située juste en arrière du tendon rotulien.

Autrement dit, contrairement à ce qu’il pensait depuis quelques années, Nadal ne souffre pas de tendinites à répétition, mais de cette maladie qui est à l’origine de ses douleurs au genou, celle-ci pouvant aussi provoquer une sensation d’instabilité ou de blocage de l’articulation. Pour y mettre un terme, le Majorquin n’a que deux solutions. Soit du repos et un traitement anti-inflammatoire, soit une opération. Clairement, pour l’instant, Nadal privilégie la première solution. Sauf que malheureusement, celle-ci n’est en aucun cas un gage de réussite. Si au bout de six mois il continue de souffrir de douleurs, il n’aura alors plus le choix que de subir une arthroscopie, qui aurait pour but l’ablation du paquet adipeux hypertrophié. Et conséquence immédiate, son indisponibilité s’en trouverait prolongée. Toujours est-il que l’Espagnol n’a pas d’autre choix que de se reposer et d’espérer que cette maladie de Hoffa ne devienne plus qu’un (très) mauvais souvenir….

 

 

 

 

 


Share Button