L’équipe de France a souffert, mais a composté au bout du suspense son billet pour les demi-finales des JO ce mercredi. Malmenés et maladroits, les Experts sont venus à bout de l’Espagne sur le plus petit des écarts (23-22), grâce à un but à la dernière seconde de William Accambray, véritable détonateur de cette équipe en deuxième mi-temps. Les Bleus affronteront la Croatie ou la Tunisie pour une place en finale.

Les Experts se qualifient

Cette fois, la dernière seconde a souri aux Français. Mercredi, les filles d’Olivier Krumbholz avaient vu leurs rêves de médaille s’envoler sur un jet de 7 m concédé sur le fil devant le Monténégro (22-23). A croire que leurs homologues masculins ont retenu la leçon. Jusqu’au bout, les Experts auront fait trembler leurs supporters. On savait que ce quart de finale contre des Espagnols qui n’avaient rien à perdre ne serait pas une mince affaire. On ne se doutait pas que les Bleus allaient eux-mêmes se compliquer la tâche avec une première mi-temps catastrophique ou presque.

Après quinze minutes de jeu, les coéquipiers de Karabatic n’avaient ainsi trouvé le chemin des filets… qu’à une seule reprise (1-6) ! Des statistiques impensables pour les champions olympiques en titre, qui se sont cassé les dents trente minutes durant sur un Arpad Sterbik, impérial dans les buts espagnols (14 sur 23 tirs cadrés). Poussifs dans le jeu, à l’image de nombreuses passes ratées ou de tirs trop peu dangereux, les Bleus étaient tout de même parvenus à refaire une partie de leur retard avant la pause, et regagnaient les vestiaires avec un retard de trois buts (9-12).
Le début de la deuxième mi-temps était le moment choisi par Claude Onesta pour lancer son joker William Accambray. Appelé en renfort pour remplacer Guillaume Joly, le Montpelliérain allait se révéler être le héros et le sauveur français. Sous son impulsion et grâce à ses buts (7 sur 9 tirs en 2nde mi-temps au final), les Bleus allaient sortir la tête de l’eau et enfin prendre la mesure des Espagnols. Il fallait toutefois attendre la 48e minute… pour voir enfin la France passer devant au tableau d’affichage (18-17) sur une réalisation… d’Accambray.

S’appuyant également sur un Omeyer génial dans les buts, les Tricolores allaient gérer leur avance avant de voir revenir l’Espagne à égalité à trois minutes du terme de la rencontre (22-22), puis rater deux occasions. Sur la dernière possession de balle du match, le tir de Karabatic était repoussé pile sur Accambray, qui crucifiait l’Espagne à l’ultime seconde (23-22). Un final incroyable pour une rencontre terriblement compliquée. Il s’agira désormais de ne plus se faire peur pour conserver ce titre olympique.

 

 

 

 

Share Button