Les Américaines ont pulvérisé le record du monde du relais 4x100m pour s’offrir l’or devant la Jamaïque. Comme un appel du pied avant la finale de leurs homologues masculins, qui retrouveront Usain Bolt et Yohan Blake en finale du relais samedi soir.

JO-Athlétisme: Un record du monde vieux de 21 ans tombe  dans le relais 4x100m féminin

Les Américaines du 4x100m ont dépoussiéré vendredi le record du monde, propriété depuis 1985 de l’Allemagne de l’Est, à la veille du relais masculin qui offrira une opposition somptueuse entre les USA et la Jamaïque de Bolt, en quête d’un deuxième triplé en or. Ce fameux 6 octobre 1985, les grandes stars actuelles n’étaient pas nées. Ce jour-là, quatre athlètes de l’usine à champions est-allemande (Gladisch, Rieger, Auerswald, Goehr) établirent un record du monde du 4×100 dames (41″37) qui tint donc jusqu’au 10 août 2012 !

Quatre américaines (Madisson, Felix, Knight, Jeter) ont balayé l’une des plus vieilles marques (40″85), deuxième record du monde en athlétisme depuis le début des JO après celui du 800 m par le Kényan David Rudisha (1’40″91). Et ce n’est peut-être pas fini, car le record du 4×100 m masculin (37″04) semble très menacé, tant le duel entre les Etats-Unis, auteurs du meilleur temps en séries (37″38), et les Jamaïcains (37.39), qui avaient laissé Usain Bolt au repos, s’annonce somptueux samedi. Car toute la lumière des Jeux se concentre sur Bolt “l’éclair”, déjà auteur du doublé (100-200 m) comme il y a quatre et qui vise désormais le triplé (100-200-4×100 m) comme à Pékin en 2008.

“On croyait en cette équipe, chacune a couru une manche incroyable, et voilà on a la médaille d’or et le record du monde”, s’est réjoui Jeter. “C’est un soulagement, une grande joie. Nous sommes entrées dans cette finale de la manière la plus confortable qu’il soit pour une équipe. Tout le monde riait, souriait, et on est toujours comme cela. Nous étions en pleine confiance. Cette confiance provient de la pratique mais aussi du fait que chacune d’entre nous a une belle saison”, a expliqué de son côté Allyson Felix qui décroche son deuxième titre olympique à Londres après le 200m. Les Américaines remportent donc le premier duel face à la Jamaïque, alors que leurs homologues masculins auront fort à faire samedi avec Bolt and co, en finale messieurs de ce même relais.

L’Ethiopienne Tirunesh Dibaba a laissé le sprinter jamaïcain seul au monde. Une semaine après son titre sur 10.000 m, elle s’est contentée du bronze sur 5.000 m, ratant l’occasion de réaliser le doublé comme à Pékin en 2008. Le titre est revenu à une autre éthiopienne Meseret Defar, déjà sacrée en 2004, et victorieuse en 15’04″25. Oscar Pistorius, premier paralympique finaliste olympique, a lui échoué avec le relais 4×400 m sud-africain. Equipé de lames de carbone à la place de ses jambes amputées alors qu’il avait 11 mois, il a assuré le dernier relais de son équipe qui a terminé à la huitième place.

Share Button