« Je vais dormir cette nuit. Je dois me reposer». Sérieux, Usain Bolt n’avait pas prévu de célébrer de manière exagérée le fait d’avoir conservé son titre olympique sur 100 m dimanche soir. De grandes choses l’attendent encore à Londres, et notamment une nouvelle couronne sur 200m, jeudi. Après ça, seulement, et si tout se passe bien pour lui sur le demi-tour de piste, le Caribéen pourra faire la fête. Et devenir une légende. C’est lui qui le dit.

Jo-Athlétisme La Foudre Usain Bolt a encore frappé

Bien qu’hilares au moment de se présenter, tardivement, à la presse, Usain Bolt et Yohan Blake ont signé un nouveau pacte d’agression pour les années à venir. Sur la piste. Car, en dehors, les deux hommes, qui s’entraînent dans le même groupe à Kingston, mais pas forcément aux mêmes horaires, s’apprécient. Et même si Bolt est tombé dans les bras d’Asafa Powell avant la course, le Jamaïcain respecte tout aussi bien son autre compatriote. Il prend également un malin plaisir à l’asticoter.

Lui rappelant le plus souvent possible son manque de vécu dû à son jeune âge. “A Rio de Janeiro, dans quatre ans, Yohan aura 26 ans. (Il fait mine de réfléchir en se grattant le menton). J’espère que je serai encore là et en bonne forme. Ça peut être intéressant d’aller jusqu’à là-bas pour voir si je peux encore le battre”, s’amuse Bolt qui semble avoir du mal à mettre le champion du monde 2011 au même niveau que lui. Et pourtant, le fossé, même s’il n’a pas été comblé, s’est considérablement rétréci depuis deux ans.

Mais avant les JO de 2016, il y a ce fameux 200m londonien, dont les séries débutent mardi, en présence de notre Christophe Lemaitre national. Devant sa télévision, le Français a dû être conforté dans sa décision d’avant-Jeux. “Le 200m, c’est mon objectif principal. Tu entends ça, Yohan ?”, rigole Bolt dans une nouvelle provocation, tout en humour sur la forme, mais qui a le mérite d’exister sur le fond. Le Jamaïcain ne fait sûrement pas ça par hasard. Dominé cette saison par Blake, notamment aux sélections jamaïcaines, l’homme le plus rapide de la planète sait qu’il conserve une longueur d’avance sur son rival. Mentalement dans un premier temps. Mais attention, Usain, Blake se rapproche à grands pas. Ce succès, dans un temps ahurissant de 9″63, montre néanmoins que Bolt “reste le numéro un, le meilleur”. Pour l’instant. Jusqu’à quand ? Personne, hormis Blake, semble avoir encore la réponse.

Le triomphe de Bolt, dimanche soir, le deuxième de rang sur la ligne droite aux Jeux, a fait de lui l’égal de l’Américain Carl Lewis, sacré sur la distance en 1984 et 1988. Elle lui a aussi permis de“faire un pas de plus vers la légende. Quand j’en serai une, je chercherai un autre objectif”. Aller chercher des titres sur 400m par exemple ? Le non est catégorique : “Je déteste ça. Je vais le dire une bonne fois pour toute. Si j’en fais, c’est parce que le coach s’en sert pour me faire progresser dans certains domaines. C’est tout.” De son côté, l’impétueux Blake continue de progresser et semble avoir déjà donné rendez-vous : “Même si je suis content, je sais que je peux faire mieux. Je reviendrai et je prendrai l’or cette fois”.

 

 


 

Share Button