John Degenkolb (Argos-Shimano) remporte la 7e étape de la Vuelta entre Huesca et Alcañiz. C’est la troisième victoire pour le sprinteur allemand depuis le début de la course. Joaquim Rodriguez conserve son maillot rouge.

Le puissant sprinteur Degenkolb

Trois arrivées au sprint et trois victoires pour John Degenkolb. Comme à Viana et Logrono, l’Allemand a fait la loi sur le circuit Motorland d’Alcaniz. Son équipe Argos avait travaillé toute la journée pour contrôler les quatre échappés partis en début d’étape (Aramendia, Lechuga, Rabon et Lindeman). Après près de 160km d’une étape sans relief ni difficulté, les plans du maillot vert ont pourtant failli être compromis par la Sky. Bien décidée à se présenter en armada même sur les tracés plats, la formation britannique a roulé fort dans les trois derniers kilomètres, Christopher Froome se muant en dernier relayeur, pour amener Ben Swift. Une copie conforme du tandem Bradley Wiggins-Mark Cavendish sur le Tour de France, le maillot jaune et la victoire en moins…

Et comme sur la Grande Boucle, c’est une fois de plus un homme en vert qui a surgi en solitaire pour s’imposer. Pas de Peter Sagan sur le Tour d’Espagne, mais un John Degenkolb intenable.

Même privé de son train pourtant encore bien présent à l’entrée du circuit, le vainqueur du Tour de Picardie a sauté dans celui de la Sky pour se faire emmener jusqu’au bout. Un peu à l’image d’un certain Slovaque. Et sur terrain plat, Degenkolb n’a visiblement pas de rivaux en ce mois d’août. Elia Viviani (Liquigas) a bien tenté de résister, mais en vain. L’Italien doit se contenter d’une deuxième place juste devant Allan Davis (Orica) venu tasser Nacer Bouhanni (FDJ), encore fidèle au rendez-vous des sprinters.

Pas de changement pour le trio de tête au classement général. Joaquim Rodriguez, serein toute la journée, garde son maillot rouge pour le quatrième jour consécutif. Le coureur Katusha conserve ses dix secondes d’avance sur Froome et ses 36 sur Contador. En revanche, pris dans une chute juste avant le circuit final, et pas vraiment attendu par ses coéquipiers Sky, Rigoberto Uran cède sa quatrième place à Robert Gesink (Rabobank) et rétrograde au 12e rang.

 

 

 

 

 

 

Share Button