La huitième étape du Tour d’Espagne a offert du spectacle avec la victoire sur le fil deValverde devant le maillot rouge Rodriguez et Contador. En Andorre, Froome a affiché ses limites sur la fin et cédé quinze secondes au trio espagnol.  Au général, Purito conforte son maillot rouge de leader avec 33 secondes d’avance sur le Britannique, 40 sur Contador et 50 sur Valverde.

Joaquim Rodriguez consolide son maillot

Pas de doute, il y a quatre hommes forts sur cette Vuelta. La très belle arrivée au sommet du Collada de la Galina l’a confirmé samedi. Les quatre premiers de cette 8e étape sont aussi, désormais, les quatre premiers du classement général. Sur les forts pourcentages de la montée finale, Joaquim Rodriguez a été attaqué par Christopher Froome, puis Alberto Contador. Il a été devancé sur la ligne par Alejandro Valverde, qui s’est offert sa deuxième victoire d’étape déjà. Mais au final, il est peut-être le principal bénéficiaire de cette passe d’armes, car Froome, lui, a coincé. Le Britannique, en difficulté dans l’ultime kilomètre, a abandonné 15 secondes au trio espagnol. Si l’on ajoute à cela les bonifications (douze pour Valverde, huit pour Rodriguez, quatre pour Contador), l’affaire n’est pas bonne pour le leader de l’équipe Sky.

Or, Froome était au départ de Lleida le rival le plus menaçant pour Joaquim Rodriguez. Du coup, Purito possède à présent 33 secondes d’avance sur son dauphin qui reste Christopher Froome. Mais celui-ci est talonné par Contador et Valverde, pointés respectivement à 40 et 50 secondes de leur compatriote. Vu sa condition, et compte tenu de la nature du parcours, Rodriguez peut vraiment croire en ses chances sur ce Tour d’Espagne. En tout cas, difficile d’imaginer que le successeur de Juan Jose Cobo ne figure pas parmi le quatuor de tête après une semaine de course. Le cinquième du général, Robert Gesink, est déjà relégué à 1’41”. Sauf énorme surprise, le vainqueur se trouve donc dans ce match à quatre, entre Froome et les trois ténors espagnols. Et nous ne sommes encore qu’au tiers de l’épreuve…

Valverde et Rodriguez, l’un en remportant l’étape, l’autre en confortant son leadership, sont donc les deux grands gagnants du jour. Pourtant, on a pu croire que les deux principaux acteurs de ce final seraient Froome et Contador. Le Britannique a beaucoup fait travailler son équipe pour condamner l’échappée du jour. Et lorsque Cameron Meyer, le dernier des fugitifs, a été repris à un peu plus de deux kilomètres du sommet, le natif de Nairobi a été le premier des favoris à dégainer. Avec son impressionnante fréquence de pédalage, l’homme fort de l’équipe Sky a décroché Rodriguez et Valverde. Mais pas Contador. Les deux hommes sont partis ensemble, sans toutefois creuser un écart significatif, le Madrilène ne relayant pas. Avec l’aide de son coéquipier Dani Moreno, Rodriguez est rentré.

Puis, après la flamme rouge, Alberto Contador est passé à l’action. Une seule attaque, mais tranchante, bien dans son style. Personne n’a pu accrocher sa roue. On pensait le Castillan parti pour signer sa première victoire depuis son retour. Une façon de frapper un grand coup et d’adresser un message clair à la concurrence. Mais alors qu’il semblait avoir course gagnée, le “Pistolero” a vu fondre sur lui Rodriguez et Valverde, revenus comme deux bombes de l’arrière. Mangé dans le dernier virage et finalement troisième, Contador n’a pas dû apprécier. Mais deux jours après son petit coup de moins bien à Jaca, il a rassuré son monde. Cette fois, c’est donc Christopher Froome qui a accusé le coup. C’est tout le charme de cette Vuelta vivante et pétillante. Quelque chose nous dit que nous n’avons encore rien vu en matière de rebondissements…

 

 


 

 

Share Button