Malgré une certaine inconstance, Serena Williams s’en sort (6-1, 2-6, 7-5 en 1h54′) contre Yaroslava Shvedova. En quart de finale, l’Américaine affrontera Petra Kvitova. Belle revanche pour Sabine Lisicki. Battue (6-4, 6-3) en demi-finale l’an dernier par Maria Sharapova, l’Allemande a dominé (6-4, 6-3) la numéro 1 mondiale.

Wimbledon 2012  Les favorites s’en sortent difficilement, Sharapova prend la porte!

Il y a la vraie Serena Williams et la fausse. Sa victoire 6-1,2-6,7-5 en 1h54′) contre Yaroslava Shvedova montre encore les inconstances de la 6e mondiale. La vraie se transcende dans les moments chauds à l’image de sa fin de match. La fausse tombe dans la léthargie à l’instar de son deuxième set. Comme lors de son match précédent face à Zheng Jie, elle joue avec le feu et tient avec son mental, son service (12 aces, 63% de premières balles) et une certaine fébrilité adverse.

Ses moments forts suivent son jeu de jambes. Agressive et mobile, elle tient la Kazakhe pendant tout le premier set. Mais la timidité de la 65e mondiale s’efface au fil du match et Yaroslava Shvedova prend progressivement le contrôle du terrain. Conquérante, elle prend de vitesse son adversaire. Statique, Serena Williams subit et se retrouve en difficulté. . Elle ne bronche pas, débute son jeu par un ace et le finit par… un ace. Le message est clair. La Kazakhe a enlevé ses lunettes, mais elle voit bien la stature de son adversaire. Résultat : deux fautes, deux doubles fautes et un break à 5-5. Yaroslava Shvedova a craqué, Serena Williams s’est transcendée dans les moments clés.

Il suffit parfois de peu de choses pour changer la physionomie d’un match. Lundi, ce sont quelques gouttes de pluie qui ont fait tourner la rencontre entre Petra Kvitova et Francesca Schiavone en faveur de la Tchèque. La tenante du titre était pourtant mal embarquée dans ce huitième de finale. Breakée très rapidement en début de première manche (2-1), elle a laissé l’Italienne faire la course en tête et n’est jamais parvenue à la rattraper, trop gênée par ses slices incessants. Tout était ensuite très serré entre les deux joueuses, jusqu’au 12e jeu. Menée 6-5, Schiavone sauve une balle de set sur son service alors que la pluie se met à tomber légèrement sur le court. L’arbitre décide alors d’interrompre le match, mais les deux femmes ne rentrent pas au vestiaire et restent assises sur leur chaise. On les sent assez nerveuses et impatientes. Dix minutes plus tard, elles reprennent le match, et il suffit de deux points et moins de deux minutes pour que Kvitova égalise à une manche partout.

Schiavone est clairement sortie du match, elle accumule les mauvais choix, n’arrive plus à gêner la Tchèque, et lâche prise alors qu’elle était toute proche d’une très belle performance. Kvitova enchaîne les breaks et les jeux pour mener 5-0. Elle se permet même le luxe de conclure sur un jeu blanc. Et peut se préparer à affronter la tornade Serena Williams en quarts de finale.

Pouvait-on être plus heureuse que Sabine Lisicki, lundi, lorsqu’elle conclut victorieusement d’un ace sur deuxième balle son match face à Maria Sharapova?? Pas sûr?! Agenouillée sur le gazon du court n°1 tandis que dans sa loge, le basketteur Dirk Nowitzki la congratulait chaleureusement, la solide l’Allemande n’en revenait pas? « C’est fantastique, c’était la quatrième fois que je la rencontrais, et c’est ma première victoire, c’est fou ! lâcha-t-elle immédiatement à la BBC venue l’interroger à sa sortie du court. Je joue de mieux en mieux, c’est un rêve, c’est mon tournoi préféré, ma surface préférée?! »

Loin d’être une inconnue puisqu’elle atteignit ici les quarts de finale en 2009 et les demies l’an dernier face à …Maria Sharapova, l’Allemande a su profiter d’une journée sans premières balles de la n°1 mondiale pour imposer son rythme et sa cadence de fond de court. Victorieuse du premier set 6-4 après avoir mené 4-1 puis 5-2, Sabine Lisicki s’imposa 6-3 dans la seconde manche, tenant jusqu’au bout le break arraché d’entrée de manche à Sharapova dont la couronne de n°1 était désormais entre les mains de Victoria Azarenka.

 

 

 

Share Button