Frank Schleck quitte le Tour suite à un contrôle antidopage positif à un diurétique le 14 juillet, jour de la 13e étape au Cap d’Agde. Il risque d’une réprimande sans période de suspension à deux ans de suspension.

Tour de France Frank Schlek quitte le Tour après avoir été contrôlé positif

Pour Frank Schleck, le Tour de France est déjà fini. Le Luxembourgeois a fait l’objet d’un contrôle antidopage positif à un diurétique, pendant le Tour de France, a annoncé mardi l’Union cycliste internationale. Le contrôle date du 14 juillet, jour de la 13e étape au Cap d’Agde. “Le règlement antidopage de l’UCI ne prévoit pas la suspension provisoire vu la nature de la substance, qui est une substance spécifiée“, a précisé la fédération internationale.

Néanmoins, l’UCI est confiante que son équipe entreprendra les démarches nécessaires pour garantir la sérénité du Tour de France et en même temps offrir au coureur le temps nécessaire pour préparer sa défense“, a ajouté la fédération internationale. Message reçu par RadioShack qui a annoncé dans la foulée son retrait de la Grande Boucle.

Dans un communiqué, RadioShack a assuré que “le produit n’est pas présent dans aucun des médicaments qui ont été prescrits par l’équipe. La raison de la présence de Xipamide dans l’échantillon d’urine de M. Schleck n’est pas claire pour l’équipe. Pour le moment, l’équipe ne peut donc pas expliquer le résultat positif“. La formation dirigée par Johan Bruyneel a précisé avoir “décidé de retirer immédiatement Frank Schleck du Tour de France“, après avoir été informé du résultat du contrôle. “Même si un échantillon “A” anormal n’impose pas cette mesure, M. Schleck et l’équipe pensent que c’est la bonne chose à faire pour que le Tour de France continue dans le calme et que Frank Schleck prépare sa défense dans les délais réglementaires“, a ajouté RadioShack.

L’affaire est la deuxième liée au dopage depuis le départ du Tour 2012, après l’interpellation à Bourg-en-Bresse du coureur français Rémy Di Grégorio lors de la première journée de repos de l’épreuve. La substance incriminée (diurétique Xipamide) a été décelée dans un contrôle urinaire analysé par le Laboratoire national de Châtenay-Malabry. Après 15 étapes, Frank Schleck occupait la 12e place du classement général, à 9 min 45 sec du maillot jaune (Wiggins). Le coureur luxembourgeois, qui est âgé de 32 ans, s’était classé troisième du Tour de France 2011. Dans la 13e étape du Tour de France qui arrivait au Cap d’Agde, jour de son contrôle positif, Frank Schleck avait terminé à la 40e place, au sein du premier peloton.

La sanction peut aller d’une réprimande sans période de suspension à deux ans de suspension. Le Code mondial antidopage prévoit en effet des possibilités de sanctions réduites quand il s’agit de “substances spécifiées“. “Quand un sportif peut établir comment une substance spécifiée est entrée dans son corps ou est entrée en sa possession, et que cette substance spécifiée n’était pas destinée à améliorer la performance sportive, la sanction peut être réduite au minimum à une réprimande sans période de suspension, et au maximum à une suspension de 2 ans“, stipule le Code mondial. Selon les spécialistes, le Xipemide, un diurétique, est utilisé pour le traitement des oedèmes et de l’hypertension. Mais les diurétiques sont aussi suspectés d’être pris en complément de transfusion sanguine.

Cette saison, Frank Schleck a connu un début de saison contrarié. Après avoir raté sa campagne de classiques, tout comme son frère cadet Andy (vainqueur du Tour en 2010 et 2e en 2011), le Luxembourgeois a dû s’aligner, contre son intention première, au Giro, suivant la volonté du manager de l’équipe RadioShack, le Belge Johan Bruyneel. Frank Schleck a abandonné le Tour d’Italie à une semaine de l’arrivée, au grand dam du responsable de l’équipe luxembourgeoise qui a mis en doute la gravité de la blessure à une épaule invoquée par le coureur.

En l’absence de son cadet, forfait à cause d’une chute au Critérium du Dauphiné (fracture du sacrum), le Luxembourgeois s’est aligné au départ du Tour de France dans une position ambiguë, à cause de cette approche non conforme à ses habitudes. Distancé dans la première semaine, il s’était transformé ensuite en équipier de luxe pour le compte des coureurs les mieux classés de sa formation.

 

Share Button