Thomas Voeckler a remporté la dixième étape du Tour de France entre Mâcon et Bellegarde-sur-Valserine. Cette victoire méritée confirme le retour en forme de l’ancien champion de France, touché au genou au début de l’épreuve.

Tour de France 2012

Arrivé sur le Tour de France avec une préparation tronquée à cause d’une blessure au genou, le leader d’Europcar a connu une première semaine très délicate. Il a perdu du temps sur les leaders à chaque fois que la route s’élevait pour pointer mercredi matin à 26’07” de Bradley Wiggins. De quoi mettre à mal ses ambitions au classement général mais pas sa soif de victoire. A 33 ans, le quatrième de l’édition 2011 a brigué la troisième victoire d’étape de sa carrière sur le Tour. Il était le plus fort du groupe d’échappés et il l’a montré. Avec en sus le maillot blanc à pois rouge et le prix du plus combattif de l’étape.

Thomas Voeckler a retrouvé toutes ses sensations ce mercredi pour la première journée en haute montagne. Parti dans l’échappée initiale de 25 coureurs, il s’est découvert dans le col du Grand Colombier. La première ascension classée hors catégorie de ce Tour de France. Le quatrième du général en 2011 a pris ses responsabilités et a fait le ménage dans le groupe de tête. Il a imprimé son rythme tout au long de la fin de l’étape. Sans se ménager en passant en tête des deux derniers cols de l’étape.

Seuls trois coureurs ont pu prendre sa roue : Michele Scarponi (Lampre), Luis Leon Sanchez (Rabobank) et Dries Devenyns (Omega Pharma – Quick Step). Au prix d’un effort considérable, Jens Voigt (Radioshack) a pu faire la jonction dans la plaine à dix kilomètres de la ligne. Marqué à la culotte par ses partenaires d’échappée, Voeckler a semblé un temps désarmé quand Devenyns a attaqué dans le final. Mais il a pu sortir à la pédale dans les derniers 1 500 mètres en montée. Suffisant pour revenir sur le Belge, le déposer et lever fièrement les bras en l’air sur la ligne.

Derrière, dans le peloton maillot jaune, Bradley Wiggins a connu quelques soubresauts sur la fin de l’étape. Bien entouré par ses coéquipiers Christopher Froome et Richie Porte, le Britannique a contrôlé la course des leaders jusqu’à 20 kilomètres de l’arrivée. Sans trembler. Jurgen Van den Broeck, par trois fois dans le col du Grand Colombier, puis Vincenzo Nibali dans la descente ont essayé. En vain. Les autres coureurs n’ont pas bronché. Jusqu’à l’attaque décisive de Pierre Rolland à 1 kilomètre du sommet du col de Richemond. Le Français, accompagné de l’inévitable Van den Broeck, est parti grappiller quelques secondes au général. Pour la première fois, la Sky a laissé apparaitre quelques limites et a dû concéder 32’’ au duo de grimpeurs sur la ligne. Dans le dernier kilomètre en montée, Cadel Evans a, lui aussi, tenté sa chance. L’Australien a accéléré, a fait grimacer un Wiggins esseulé, mais qui n’a pas craqué. Malgré près de deux minutes d’avance au général, le Britannique n’a pas encore gagné le Tour de France.

Classement de l’étape :

 

1. Voeckler (Fra, Europcar) en 4h46’26”
2. Scarponi (Ita, Lampre) à 3″
3. Voigt (All, Radioshack) à 7″
4. Sanchez (Esp, Rabobank) à 23″
5. Devenyns (Bel, Omega Pharma – Quick Step) à 30″

 

Classement général :

 

1. Wiggins (GBR, Sky) en 43h59’02”
2. Evans (Aus, BMC) à 1’53”
3. Froome (GBR, Sky) à 2’07”
4. Nibali (Ita, Liquigas)  à 2’23”
5. Menchov (Rus, Katusha) à 3’02”

 

 

 

 

Share Button