Andre Greipel a signé sa troisième victoire d’étape samedi au Cap d’Agde. Trois victoires, comme Sagan, que l’Allemand a devancé au sprint.

Tour de France 2012  Sacré Greipel au finish

Et de trois ! André Greipel ( Lotto Belisol) a remporté ce samedi au Cap d’Agde sa troisième victoire sur ce Tour 2012. Un succès qui lui permet de revenir à hauteur de Peter Sagan (Liquigas) qu’il a réussi a sauté sur la ligne. Les deux hommes forts en sont à trois victoires sur ce Tour et 16 au total cette saison ! Si on attendait les cuisses de feu du colosse allemand lors de ses deux premières victoires à Rouen et Metz, il lui a fallu batailler et serrer les dents pour lever les bras dans l’Hérault. Car cette 13e étape fut plus sélective que prévue. Et seulement une trentaine de coureurs se sont disputés le butin.

Le Mont Saint-Clair, ses pentes à 10% de moyenne et les attaques répétées de Cadel Evans ont clairsemé le paquet. Mark Cavendish (Sky) a craqué. Greipel a raccroché les wagons, fait rouler sa formation pour revenir sur les deux principaux attaquants dans le final les attaquants (Vinokourov, Albasini) et cueilli les fruits sur la ligne. Bradley Wiggins (Sky), comme tous les principaux cadors du général, a coupé la ligne dans le premier peloton.

Le maillot jaune s’est même payé le luxe de rouler dans le dernier kilomètre pour revenir les derniers audacieux du jour, Luis Leon Sanchez (Rabobank) et Timmer (Argos), et lancer la fusée Boasson Hagen (Sky), finalement 3e. Le Français Sébastien Hinault s’est classé quatrième devant le Sud-Africain Daryl Impey et un autre Français, Julien Simon.

Cette étape de plaine a donc accouché d’un scénario emballant fatal aux huit courageux du jour (Urtasun, Dumoulin, Ladagnous, Morkov et Curvers, Engoulvent et Bouet ensuite, J. Pineau enfin) malgré leur dix minutes d’avance (Km 33) et un ultime baroud d’honneur de l’infatigable Morkov repris à 21 kilomètres du but. Bourreau des échappés, Orica GrennEdge (pour Mattews Goss) et surtout BMC qui avait quelques idées derrière la tête ce samedi. D’abord en profitant du vent pour tenter deux bordures éphémères sur les bords de la Méditerranée.

Ensuite en lançant Cadel Evans sur les pentes du Mont Saint-Clair qui ne sont pas sans rappeler celles du Mur de Huy. Si seul Van den Broeck (Lotto Belisol) a d’abord pu suivre l’accélération de l’Australien, Bradley Wiggins, dont les montées sèches ne sont pas le fort, ne s’est pas affolé. Le Britannique est tranquillement revenu au train sur le duo avant de gérer la fin de course autour de ses fidèles lieutenants Froome et Porte. Evans a eu beau tenter, il n’a rien grappillé et Wiggins conserve plus de deux minutes d’avance sur tous ses principaux adversaires. L’Australien et tous les poursuivants du maillot jaune n’ont plus désormais que les Pyrénées pour espérer.

Share Button