Pierrick Fédrigo s’est imposé au terme de la 15e étape entre Samatan et Pau. Son deuxième succès personnel sur la Tour dans la ville pyrénéenne. Bradley Wiggins reste en jaune.

Tour de France 2012

Pau, une ville d’arrivée traditionnelle sur le Tour de France que commence à bien connaitre Pierrick Fédrigo. Le Français de la FDJ y a signé une deuxième victoire personnelle après celle récoltée ici-même en 2010. Faisant ainsi de lui le Tricolore actuellement en lice qui s’est le plus souvent imposé sur le Tour avec quatre succès. De quoi confirmer la bonne tenue de sa formation qui remporte sa deuxième étape dans cette édition 2012. Après Pinot, Voeckler et Rolland, la France compte désormais quatre victoires. Une belle moisson qui n’est peut-être pas terminée. De leur côté, les grands leaders sont sagement restés dans les roues au sein du peloton. Histoire de garder toutes leurs forces pour les grandes bagarres pyrénéennes annoncées pour mercredi et jeudi. Bradley Wiggins est toujours en jaune.
L’étape entre Samatan et Pau, courte de 158,5 km, a donné des idées à de nombreux coureurs prêts à en découdre à la veille du jour de repos. Son profil accidenté mais sans grande difficulté pouvant laisser entrevoir une multitude de scénarios. La course est donc partie sur un rythme très soutenu. Au grand dam de Sylvain Chavanel (Omega Pharma-Quick Step), Vincent Jérôme (Europcar), Giovanni Bernaudeau (Europcar), Kenny Van Hummel (Vacansoleil), Yauheni Hutarovich (FDJ) et Bred Lancaster (Orica Greenedge), contraints à l’abandon, et de la Sky qui aurait souhaité un peu d’accalmie. Finalement, à l’initiative de Thomas Voeckler, la bonne échappée a pu se former après plus de 60 kilomètres de dure bataille. Pierrick Fédrigo (FDJ), Samuel Dumoulin (Cofidis), Dries Devenyns (Omega Pharma-Quick Step), Christian Vande Velde (Garmin) et Nicki Sorensen (Saxo) ont accompagné le coureur Europcar.
Ne représentant aucun danger au général, les six hommes ont obtenu l’aval d’un peloton usé par la chaleur du sud de la France et les deux premières semaines de course. Longtemps situé autour des cinq minutes, l’écart a nettement grimpé dans les cinquante derniers kilomètres, assurant ainsi le gain de l’étape à l’un des six fuyards. Sorensen, par deux fois, a d’abord tenté de semer ses partenaires d’échappée. Mais c’est Fédrigo, accompagné par Vande Velde, qui a surpris son monde à six kilomètres de l’arrivée. Plus véloce que l’Américain, il a franchi la ligne en vainqueur. Une belle récompense pour ce coureur français de 34 ans, sur le retour après une saison 2011 manquée. Derrière, le peloton a rallié l’arrivée avec 11’50’’ de retard.  Une dernière journée tranquille pour Bradley Wiggins avant les deux prochaines étapes de montagne décisives.

 

 

 

 

Share Button