Deux jours après son succès sur 100m (9”75), Yohan Blake a encore fait chuter Usain Bolt sur 200m dimanche (19”80 contre 19”83), la première défaite sur demi-tour du géant depuis cinq ans.

Athletisme- Selections Jamaicaines Usain Bolt est battu pour la seconde fois par Blake !

La «Bête» n’a pas lâché sa proie. Yohan Blake, surnommé ainsi pour sa férocité au travail, avait surclassé son coéquipier Usain Bolt sur le 100m vendredi (9”75 contre 9”86). Il ne lui a pas accordé de revanche sur 200m dimanche. Pourtant, le 200m, c’est la chasse gardée de Bolt. Il y était invaincu depuis cinq ans. Il y a empilé un titre olympique, deux mondiaux et un record du monde (19”19 en 2009). Blake, nouveau venu sur la distance, avait déjà frappé les esprits à Bruxelles en septembre dernier (19”26). Il a continué son travail de sape à Kingston. Placé au couloir 3, une ligne difficile pour qui vire mal (c’est son cas), il n’a rien cédé dans la courbe avant de prendre le meilleur dans la ligne droite. A sa droite, Bolt eut beau allonger, regarder, grimacer, il ne le reprit pas. «Je l’ai senti mais je n’ai pas paniqué, je suis resté concentré», expliquait le champion du monde du 100m. A l’arrivée, trois centièmes étaient à son avantage (19”80, m.p.m., contre 19”83 ; Weir, 3e en 20”03, -0,5 m/s).

Le cadet (22 ans) aura ainsi vécu des sélections de rêve qui lui permettront d’aborder ses premiers Jeux en position de force. Il gagna aussi l’accolade de son aîné Usain (25 ans). «Je le remercie car il m’a toujours motivé et donné des conseils. Lui m’a félicité : Tu as gagné, tu es le meilleur aujourd’hui !» Evidemment, Bolt n’entend pas répéter ces mots dans un mois, aux J.O. à Londres. Dimanche, il a incriminé son «affreux virage» : «Je ne peux pas me plaindre, on a surtout travaillé le 100m». Il n’a pas voulu parler physique mais, manifestement – et son coach Glen Mills l’a confirmé -, il n’était pas à 100%. D’ailleurs, à peine la ligne franchie, son masseur s’est précipité pour étirer ses jambes. Rien d’inquiétant, à en croire le clan Bolt. Lui-même semblait plutôt soulagé : «Je me sens bien. Perdre, ça peut arriver. Ça permet de voir ce qui ne va pas. Je suis content : je sais où j’en suis et ce que j’ai besoin de faire. Je suis prêt à retourner dans la jungle. »

Ses deux revers ne le perturbent pas, assure-t-il. D’autant que dimanche, il a perdu sur le fil. «Ça n’est pas comme si j’avais été largué. Je ne suis pas loin. Je ne me décourage jamais : tant que mon coach (Glen Mills, le mentor des deux Jamaïquains) n’est pas inquiet, je ne le suis pas non plus.» Son coéquipier Blake ne se croit d’ailleurs pas arrivé. Il a à peine fêté son billet olympique qu’il était déjà prêt à retourner au boulot. «Je sais de quoi Usain est capable, il n’était pas à 100%. C’est pourquoi je vais travailler et essayer de garder la même forme.» Shelly-Ann Fraser aura le même programme. La championne olympique du 100m a, elle aussi, réussi le doublé 100m (10”70 vendredi) et 200m (22”10, +0,6 m/s) devant Sherone Simpson (22”37) et Veronica Campbell, double championne olympique (22”42). Pas de doute, la Jamaïque sera parée sur le sprint à Londres.

 

 

 

 

 

Share Button