Avec sa puissance et son lift, Samantha Stosur a fait exploser (6-4, 6-1) Dominika Cibulkova. En demi-finale, l’Australienne affrontera Sara Errani tombeuse d’Angelique Kerber.

Rwanda | Roland Garros 2012

Tout est trop grand pour Dominika Cibulkova. Avec son 1,61m, la Slovaque ne peut rivaliser avec Samantha Stosur. Avec son kick au service et son lift en coup droit, l’Australienne oblige son adversaire à jouer la majorité de ses coups au-dessus de l’épaule et se qualifie logiquement (6-4, 6-1 en 1h25′) pour les demi-finales. Malgré toute sa volonté et son explosivité, la 16e mondiale part alors au combat avec un fusil à eau. Sa balle ne fait pas mal à la lauréate de l’US Open. Très athlétique, Samantha Stosur dicte le jeu. Avec son service, elle se protège des agressions. Avec son coup droit, elle donne le coup de grâce.

Plus vous jouez à ce niveau, plus vous savez à quoi vous attendre et plus vous êtes équipée pour gérer tout cela. La première fois que vous atteignez ce stade de la compétition, vous êtes un peu dépassée, raconte la 6e mondiale. Ensuite, vous ramenez tous ces enseignements et cela vous aide à travailler et aujourd’hui, je suis beaucoup plus détendue. »

Si Samantha Stosur n’est pas la plus expansive, elle a pris une autre dimension depuis son titre à l’US Open. Ce jour-là, elle a prouvé au monde et surtout à elle-même sa capacité à résister à la pression. Ce mardi sur le central de Roland-Garros, il n’est plus question de défaillance mentale. Elle assume son costume de favorite avec autorité. La Slovaque, tombeuse de Victoria Azarenka au tour précédent, ne peut que constater les dégâts. Une gifle de coup droit à gauche, une autre à droite, un slice de revers pour neutraliser ou un service kické (30 points gagnants) la mettent au supplice.

« Elle a joué de manière incroyable. Avec l’effet qu’elle met dans la balle et son service, elle joue comme un homme. C’est vraiment difficile de jouer contre un homme, résume Dominika Cibulkova avec un manque certain d’élégance. Cela me rendait folle sur le court. C’était vraiment dur. » Derrière ses lunettes et sa visière, Samantha Stosur lui donne la meilleure des réponses sur le court.

L’autre match de la journée a vu la victoire de Sara Errani qui s’est qualifiée pour les demi-finales aux dépens d’Angelique Kerber (6-3, 7-6)Le succès de la 24e joueuse mondiale a été amplement mérité. Avec son grand coup droit lifté, ses amorties, ses montées au filet (elle est aussi une très bonne joueuse de double), ses balles en cloche, elle a totalement déréglé Kerber.

La raquette lâchée, la tête dans les mains : elle n’y a pas cru et puis, une fois les mains de l’adversaire et de l’arbitres serrées, elle a hurlé sa joie les bras au ciel. A Melbourne elle avait disputé le premier quart de finale en Grand Chelem de sa carrière. A Paris, elle va découvrir pour la première fois le dernier carré face à Samantha Stosur. Le mérite a payé.

 

 

Share Button