Vaincu pour la première fois de sa carrière par Fernando Verdasco mercredi, Rafael Nadal a annoncé qu’il ne disputerait plus le tournoi de Madrid si rien ne change au niveau de la surface utilisée. Et l’Espagnol ne manque pas de soutien parmi les joueurs.

Nadal déçu par la terre bleue de Madrid

Nadal déçu par la terre bleue de Madrid

Rafael Nadal n’étant pas joueur à se trouver de fausses excuses après une défaite, tout le monde attendait avec impatience ses explications suite au premier revers de sa carrière face à Fernando Verdasco.

Et évidemment, la polémique a été lancée par le Majorquin lui-même au sujet de la terre battue bleue utilisée à Madrid. Il n’avait en effet échappé à personne que le niveau de jeu affiché par l’ancien numéro 1 mondial avait été d’une rare faiblesse, et que tous les coups boisés de l’Espagnol devaient bien avoir une raison. La voici, livrée dès le début de sa conférence de presse par l’Espagnol : «Il n’y a tout simplement pas eu un seul instant du match où je savais quoi faire pour remporter le point. Le déplacement est quelque chose de primordial dans mon jeu et quand je ne peux pas bouger, je ne peux pas frapper la balle correctement. J’ai donc perdu parce qu’au moment de conclure, je ne savais tout simplement pas comment faire. Je méritais de perdre. Mais cette surface a vraiment joué en ma défaveur.»

Si Verdasco l’a battu pour la première fois après 13 défaites consécutives, c’est uniquement la faute de la surface.

Toujours est-il que des questions, Nadal, lui, ne s’en pose plus. «Ce dont je suis sûr, et ça me rend triste, c’est que si les choses ne changent pas, l’année prochaine, il y aura un tournoi de moins dans mon calendrier.»  Plus qu’un avertissement, il s’agit donc bien d’une menace de la part du meilleur joueur espagnol qui ne veut pas mettre sa santé en danger. «Je quitte Madrid avec une hanche douloureuse à cause des rectifications de mouvements qu’il faut faire ici. Je ne suis pas prêt à mettre en péril l’année qui vient s’il m’arrive un pépin à la hanche.» Un argument sur lequel Novak Djokovic rejoignait le Majorquin : «J’espère que personne ne va se blesser d’ici la fin de la semaine. Beaucoup de joueurs tombent. Ce court demande des efforts très intenses au niveau du jeu de jambes, surtout pour des joueurs qui glissent beaucoup comme Rafa, Monfils ou moi

Et quand les deux meilleurs joueurs du monde tombent d’accord, il vaut mieux pour les organisateurs qu’ils se remettent vite en question….

 

 

 

 

Share Button